Mystèrieuse Lanterne des morts

Le cimetière communal de Château-Larcher n’a pas changé de place depuis le Moyen-Age. En son cœur se trouve une lanterne des morts parfaitement conservée. Située dans l’extrémité sud-est du cimetière, vous remarquerez la façade de l’ancienne église paroissiale, désaffectée au culte depuis le XVIIème siècle (aujourd’hui bâtiment privé).

 Définition: selon l’abbé Lecler (1882) une lanterne des morts est une colonne en pierre, ronde, carrée ou polygonale, creuse à l’intérieur, terminée à son sommet par un petit pavillon ajouré, percé à sa base d’une petite porte par laquelle on introduisait la lampe qui devait brûler à son sommet, toujours surmontée d’une croix et accompagnée ordinairement d’un autel fixe ou portatif.

Il subsiste aujourd’hui 30 lanternes des morts, toutes protégées au titre des monuments historiques, réparties sur 13 départements du Centre-Ouest de la France.DSCN4505C BD Ce vaste ensemble correspond à peu près à l’ancien duché d’Aquitaine au Xème siècle. Les lanternes des morts sont majoritairement édifiées en Limousin. Leur origine limousine propagée par des moines bénédictins ne fait guère de doute.

Anecdote : Une réplique de notre lanterne des morts est visible à Poitiers, au cimetière de la Pierre Levée, au carré militaire français allemand de la 1ère  guerre mondiale, en 1936, éclairée en permanence.

La lanterne des morts au service de pratiques religieuses

 Dès l’Antiquité et dans toutes les religions, le feu a été employé pour les sacrifices et les cultes rendus aux dieux ou aux morts. Très tôt les chrétiens utilisent des lampes lors des funérailles, et allument des cierges dans les cimetières.

Dans la mystique chrétienne, ces flambeaux étaient signe d’espérance et symbolisaient la résurrection.

« Donne-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille pour eux.»     (Prière pour les défunts)

Pierre le Vénérable (abbé de Cluny de 1122 à 1156) nous apprend  que la cavité que l’on trouve au sommet des lanternes  accueille une lampe qui, « en l’honneur des fidèles qui reposent là, éclaire toutes les nuits de sa clarté ce lieu consacré…»

Les lanternes sont donc bien des constructions associées au culte des morts et à la mystique de la lumière.

Elles n’ont très certainement jamais été utilisées pour célébrer la messe. Celle-ci était réservée à l’autel des églises. La tablette que porte la lanterne pouvait tout de même servir lors de prières ou de processions.

Anecdote : A Château-Larcher au XXème siècle encore, certaines processions rassemblant toute la population s’achevaient auprès de la lanterne des morts par une prière et un dépôt de brassées de buis liées en croix, aux Rameaux et la Toussaint notamment.